Le Canyon d’Ali Baba, Fakarava

Home » The dive of the month » Le Canyon d’Ali Baba, Fakarava

La plongée dérivante dans la passe de Garuae (Nord) est une plongée phare de Fakarava! Pour des raisons de sécurité et de visibilité, les plongées y sont planifiées uniquement à l’étale des marées ou avec le courant rentrant. Garuae est la passe la plus large de Polynésie française, mesurant plus d’un kilomètre. Les courants y sont souvent très forts et ce site mérite donc notre plus grande vigilance.

Pour cette plongée, je suis rejoint par deux plongeuses françaises ainsi que Ken et Maya, le couple américain de Los Angeles que je côtoie déjà depuis de nombreuses plongées. Plus technique que les autres plongées, la plongée dérivante est recommandée aux plongeurs ayant déjà un niveau avancé.

Après le trajet en bateau de 25 minutes pour atteindre la passe, nous arrivons à l’extérieure de L’atoll. Aussitôt, nous plongeons dans le grand bleu profond qui me laisse toujours quelque peu perplexe malgré mon expérience. Nous palmons pendant quelques minutes dans le bleu accompagnés par Fanny qui est là pour nous guider dans ce périple. Nous atteignons la marche profonde de la passe à environ 30 mètres. D’après notre guide, le courant s’intensifie dans les eaux plus profondes. Effectivement, en descendant on ressent déjà l’intensité qui augmente. Pour tout dire, nous nous accrochons sur des coraux (morts bien entendu !) le temps que l’accélération passe ! Suivant les consignes, nous restons alors immobiles pour 10 minutes sans bouger le petit doigt.

Palanquée à Moorea

Le canyon d’Ali Baba
Passe de Garuae, Fakarava.

C’est là que ça devient intéressant ! En fait, nous sommes situé à l’endroit idéal pour assister à l’un des plus beaux spectacles marins… le trafic dans la passe en courant entrant ! C’est comme si nous regardions un écran géant en attendant qu’une image apparaisse, sauf qu’ici nous sommes en « live ». La simple sensation que quelque chose « d’énorme » va apparaître est déjà exaltante en soi. Le spectacle commence. Nous apercevons autour de nous plusieurs requins pointe noire, des napoléons, des thons, des bécunes Chevron, des fusiliers qui planent immobiles dans le courant. Ils semblent également attendre quelque chose. Ça doit être le comportement habituel de ces bêtes à l’heure du courant entrant.

Après environ 10 minutes de contemplation, nous remontons vers une profondeur moins importante suivant les contours de la marche de la passe. On se déplace à contre-courant en s’accrochant sur les « patates ». Nous remontons pour avoir une « piste » d’envol plus longue et pour « voler » plus longtemps dans la passe. C’est bientôt l’heure de décoller, de lâcher nos accroches et de nous laisser emporter par le courant qui nous entrainera vers le canyon d’Ali Baba à environ 15 mètres de là.

3, 2, 1… c’est parti ! A l’image d’un tour en montagne russe, une plongée dérivante vous donne une belle montée d’adrénaline ! Nous dérivons ensemble à travers des canyons en survolant les jardins de Montipora et Pocillopora. Nous passons en revue les micro-communautés de poissons récifaux nichés dans les fissures : des poissons perroquets, des poissons papillons de couleur jaune vif, des balistes, et d’énormes Napoléons croisent notre chemin. On observe également un banc de barracudas dans le bleu lointain au moment d’arriver au canyon.

“ Ali Baba est comme une caverne marine dans la passe qui abrite une multitude d’espèces à la recherche d’un refuge momentané contre le courant. ”

Dans le canyon, nous tombons sur des énormes nuages colorés de poissons, notamment sur un nuage rouge vif de poissons priacanthe et un « cumulus » jaune de perches. Des centaines et des centaines de ces poissons envahissent notre espace marin remplissant le canyon. Ils sont complètement indifférents à notre présence et on finirait presque par se perdre de vue entre nous dans ces nuages rouges et jaunes ! Nous délogeons deux requins dormeurs en pleine sieste sur le fond sablonneux. Fraîchement débarqués de notre «vol» nous les réveillons et ils déguerpissent aussitôt. Nous arrivons à 50 bars, notre superbe plongée se termine bientôt. Toutes les bonnes choses ont malheureusement une fin. Arrivés à la surface, on se regarde ne trouvant pas les mots pour exprimer notre émerveillement. Je réalise que j’ai probablement fait là une des plus belles plongées de ma vie ! Plus tard, je découvre que ce sentiment est partagé par tous mes collègues.

De retour sur le bateau, le capitaine nous indique une Mobula, c’est une espèce rare qui ressemble à une raie manta mais de couleur verte et brunâtre. Elle remonte pour se nourrir à la surface. Ensuite nous assistons à une scène digne d’un film d’Alfred Hitchcock. Des centaines d’oiseaux remplissent le ciel. Ils s’esquivent et plongent dans l’océan pour attraper leur nourriture. Cette furieuse frénésie est provoquée par des bancs de poissons nageant à la surface. Des scènes de nature spectaculaires comme celle-ci, il n’y a ça qu’à Fakarava !

Je ne sais pas quoi penser de cet après-midi. Magnifique, certes… mais surtout surréelle. D’abord la plongée de rêve, puis la Mobula, et enfin la scène Hitchcockienne. Fakarava m’a tout simplement envoûtée !

 

© Photos : V.Truchet, P.Joachim, G.Lecoeur, F.Legrand

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Recents articles

The Tiki – Moorea

Three Spanish friends joined me in Moorea for a few days of vacation. All excellent divers, I asked François (TOPDIVE Moorea center manager) to organize a beautiful dive for us for the occasion. Quite naturally, he proposed for us to discover the «...

The Great Barracuda

The Great barracuda (Sphyraena barracuda) appears as the “giant” of the barracuda family. It measures around 6.5ft; it is the most impressive species in size. This long fish can weigh up to 110 Lbs. It has a silver-grey color that makes the species...

The Nurse shark

The Nurse shark is sometimes called the « Nebrius ferrugineus » or the ma’o rohoi in the Tahitian language. It measures up to 10,5ft and weighs around 220lbs at adulthood. The Nurse shark often lives on the sandy sea bottoms. This sedentary shark...

The buoy – Tikehau

After 15 years living in French Polynesia, I was looking forward to visiting Tikehau for the first time. Its main village “Tuherahera” is about 2km long and home to roughly 500 people. This beautiful atoll offers incredible Polynesian hospitality at...
Share This